Primature : Portail Officiel du Gouvernement

CANAL DE DAYE À TOMBOUCTOU : LA SÉCURITÉ DES RIVERAINS

Le ministère en charge de l'équipement va lancer des passerelles, creuser des escaliers et installer une signalisation pour protéger les riverains du canal. Depuis la nuit des temps, l'eau du fleuve Niger parvenait à la ville de Tombouctou par un canal naturel.

Ce bras de fleuve permettait ainsi aux pirogues d'accoster dans la ville et contribuait à la promotion du tourisme et au développement des activités économiques. Mais son tarissement et l’obstruction de son lit ont fini par avoir raison du canal naturel.

Le président Amadou Toumani Touré qui a passé une partie de son enfance dans cette ville, a convaincu le Guide de la Grande Jamahiriya arabe libyenne d’appuyer les efforts du gouvernement afin de surcreuser l’antique canal. Avec l’accord de Mouamar Kadhafi, le surcreusement du canal a commencé en 2006. L'ouvrage a une longueur de 14,3 km et une largeur qui varie, selon les endroits, entre 7 et 12 m. Mis en service en avril 2007, il draine l'eau du fleuve Niger jusque dans la ville de Tombouctou. Il a régénéré le couvert végétal dans la zone qu’il traverse et sert d'abreuvoir aux animaux tout en favorisant le développement des activités maraîchères.

Cependant dès sa première année de mise en service, le canal a fait parler de lui avec 11 cas de noyade mortelle. Les victimes, dont la plupart sont des enfants, ont perdu la vie soit en voulant traverser le canal soit par accident du fait que les parois de l'ouvrage n'ont pas été sécurisées.

Selon les renseignements recueillis sur place, le canal a fait au moins une quinzaine de victimes humaines depuis 2007, et tué un nombre important d'animaux. Les actions de sensibilisation et d'information ont certes contribué à limiter les dégâts mais, la solution durable passe par des mesures concrètes propres à sécuriser les populations et leurs biens.

Le ministre de l'Équipement et des Transports, Ahmed Diane Séméga, s’y est attelé la semaine dernière lors d’une visite à Tombouctou. Il a longé les berges du canal pour vérifier l’état du bras artificiel et s’est renseigné sur les problèmes des riverains. Le ministre a vu que certains ouvrages du canal sont inadaptés et rendent difficile son exploitation par les pinasses. De même, ses pentes sont abruptes et les parois ne sont pas protégées. En outre, le canal ne dispose d'aucun point de descente permettant aux riverains de s'approvisionner en eau. Et il n’existe aucun aménagement approprié pour permettre aux animaux de s'abreuver.

En l’absence de passerelle, les riverains sont obligés de parcours plusieurs kilomètres pour contourner le canal en cas de besoin. Sans compter que l'eau du canal se retire pendant la décrue du fleuve Niger. Alors que l'objectif premier du canal était de garder en permanence l’eau dans son lit en toutes saisons.

Les techniciens du ministère de l'Équipement et des Transports craignent également que l'eau du bassin de réception situé dans la ville ne provoque un problème de santé.

Sans compter que le canal n'a pas de mécanisme d'entretien alors qu'il traverse des dunes de sable qui à la longue pourraient le détruire.

Le ministre de l'Équipement et des Transports a promis de trouver la solution à ces lacunes et s’est engagé à engager des actions urgentes propres à sécuriser les usagers du canal. Parmi ces actions urgentes figurent la réalisation de passerelles pour les usagers, la mise en place de signalisation et la construction d’escaliers pour permettre aux usagers de prendre l'eau du canal.

"Nous sommes fiers que tous les objectifs pour lesquels le canal a été creusé, ont été atteints. C'est là une occasion pour remercier le gouvernement libyen qui a financé l'ouvrage. Mais nous regrettons les cas d'accidents mortels. Pour limiter les accidents nous allons réaliser des passerelles et des escaliers", a indiqué Ahmed Diane Séméga. Son département, a-t-il promis, mènera des actions urgentes pour protéger la vie des riverains. En attendant, le ministre a insisté sur le rôle que la sensibilisation peut jouer dans la prévention des accidents.

À court terme, le ministère de l'Équipement et des Transports prévoit la construction d’ouvrages adaptés, la protection des parois du canal par des moellons et du gazon, la stabilisation des abords immédiats du canal ou encore la fixation des dunes aux abords. Il est également prévu un surcreusement du canal pour y garder l'eau toute l'année.

Be COULIBALY

Journal l’Essor du mercredi 12 janvier 2011

 

 
 

 

Le Premier Ministre
Biographie
Discours
Agenda
Ecrire au Premier Ministre
Le Cabinet

 

Services
SGG
Cabinet Défense
Contrôl Général des Services Publics
Direction Nationale des Archives du Mali
Direction Administrative et Financière
Mission de Restructuration du Secteur Coton
Comité de Régulation de l'Energie et de l'Eau
Agence de Développement du Nord Mali
ENA
Le Gouvernement
Compostion du Gouvernement
Les Grands Dossiers
Agenda du Gouvernement
Annonces