Primature : Portail Officiel du Gouvernement

RECENSEMENT DES INFRASTRUCTURES SPORTIVES ET SOCIO-EDUCATIVES

 Les acquis de la commission créée par le ministère de la Jeunesse et des Sports. Créée le 18 Septembre 2008  par décision N° 0029  du ministre de la Jeunesse et des Sports, la Commission technique de recensement des infrastructures sportives et socio-éducatives est chargée de recenser toutes les infrastructures  sportives  et socio-éducatives  sur le territoire national. Présidée par le Haut fonctionnaire à la Défense du Département, Colonel Djinèmoussa Doumbia, elle a ainsi pour mission de recueillir tous les renseignements utiles à l’information du ministre en la matière, de procéder à l’identification et à l’immatriculation des domaines réservés aux activités sportives et de jeunesse et, enfin, de veiller à la matérialisation très apparente des limites des domaines identifiés.

«Les schémas d’aménagement et d’urbanisme des communes prévoient des équipements sportifs et socio-éducatifs. Ces espaces réservés aux activités de jeunesse connaissent une gestion chaotique sans précédent depuis des années. Ils constituent pour la plupart des terrains nus qui ne sont ni répertoriés, ni aménagés, ni sécurisés», déclare le Colonel Djinèmoussa Doumbia dans un entretien accordé à la cellule de communication du ministère de la Jeunesse et des Sports et au quotidien Les Echos. Les espaces concernés font l’objet de convoitise par les spéculateurs fonciers sous prétexte que «la nature a horreur du vide».

Cette convoitise a favorisé de nombreux conflits fonciers entre les jeunes, les  autorités communales et les nouveaux propriétaires des parcelles. Les cas du terrain de l’AS Réal en zone ACI 2000, du Club Olympique de Bamako (COB) et du Champ Hippique en Commune I du District de Bamako… illustrent éloquemment ces cas déplorables dont les dossiers  sont pendants devant les tribunaux.

Et comme le souligne le Colonel Doumbia, c’est pour faire face à cette insécurité foncière grandissante et contribuer à l’apaisement de la tension sociale par la maitrise de la gestion durable des espaces que le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Hamane Niang, a mis en place la  Commission technique de recensement des infrastructures sportives et de jeunesse sur le territoire national.

En plus du président, cette  Commission technique est composée du représentant du ministère du Logement, des Affaires foncières et de l’Urbanisme, du Chargé des affaires juridiques du ministère de la Jeunesse et des Sports ; des représentants de la Direction nationale de la Jeunesse et de la Direction nationale des Sports et de l’Education physique ; du représentant de la Cellule de planification et de statistique de la Culture et de la Jeunesse et des Sports, et d’un représentant de l’Institut géographique du Mali.  

Des acquis louables

En moins de deux ans d’existence, cette commission a à son actif des acquis indéniables. Parmi les nombreuses actions menées, on peut par exemple citer le  recensement  effectif  des infrastructures  sportives et socio-éducatives des six communes du District de Bamako  en 2009. Elle a aussi à son actif le  recensement  des infrastructures  sportives et socio-éducatives  de l’ensemble de la région de Koulikoro.

Cette opération s’est déroulée du 15 février au 17 mars 2010. Quant au recensement des équipements sportifs et de jeunesse de l’ensemble de la région de Kayes, il s’est déroulé du 26 avril au 20 mai 2010. La commission a aussi contribué au règlement des litiges autour des terrains de l’AS Réal, du COB, du Champ hippique  de  Bamako, etc.

Ces opérations de recensement vont se poursuivre progressivement dans toutes les régions du pays grâce aux immenses moyens déployés par le ministère de la Jeunesse et des Sports.«Au cours des opérations de recensement la Commission technique a fait beaucoup de constats. D’abord, nous avons constaté qu’un  nombre  important des terrains de sport, de Maisons et Foyers de jeunes sont  des terrains  nus, délabrés, d’accès difficile. Pis, ils font l’objet de litige suite à des violations flagrantes des procédures de changement de vocation des parcelles édictées dans le Code foncier  (empiètement de superficie ou occupation totale de la parcelle). Il y a aussi l’insuffisance ou l’inexistence  d’équipements sportifs et de jeunesse  dans certaines  communes  visitées. Sans compter que peu d’intérêt est accordé  aux structures de la jeunesse par les autorités administratives  et  communales concernées», indique le Colonel Djinèmoussa, président de la commission qui est bien accueillie par les autorités administratives et communales.

Celles-ci, un peu partout, ont salué l’initiative et ont promis de contribuer à sa réussite.Il précise, «l’opération de recensement n’est qu’une étape de notre mission. Quand elle sera bouclée,  la Commission procédera à la  recherche des titres fonciers des parcelles recensées. Elle a aussi pour mission de trouver des financements pour réaliser les clôtures, mêmes partielles, des espaces délimités. Notre travail doit aussi aboutir à la création d’un fichier dans le but de l’amélioration de la gestion des infrastructures  sportives et socio-éducatives du ministère de la Jeunesse et des Sports ainsi qu’au transfert des ressources et des compétences aux Collectivités nécessiteuses». 

Des suggestions pertinentes

Pour les différents membres de la commission, les difficultés rencontrées sur le terrain procèdent du déficit de communication sur le passage de l’équipe de recensement, notamment dans les  communes du District de Bamako. Ils ont eu aussi à déplorer «l’inexistence ou la difficulté d’exploitation des extraits de certains plans de lotissement. Sans compter le mauvais état des routes obligeant dès fois les membres de la Commission à parcourir de longues distances à pied pour se rendre sur les parcelles à identifier».Mais, en dehors sa mission traditionnelle, la commission à travers ses rencontres  avec les principaux acteurs, n’a pas manqué de faire des suggestions jugées pertinentes par les intéressés.

Elle leur a par exemple toujours suggéré de prévoir dans les schémas d’aménagement et d’urbanisme  des communes des espaces de loisir et de jeux au profit de la Jeunesse ; de préserver les infrastructures  déjà  existantes  et de procéder à leurs délimitations  par des clôtures partielles ; d’impliquer les jeunes dans la gestion des infrastructures  fonctionnelles ; de prévoir dans les budgets et projets de développement des communes les volets «activités sportives et de jeunesse» et de faciliter les tâches aux animateurs de jeunesse qui, par endroit, sont esseulés et isolés sans moyens dans leurs communes.

Il est encourageant de noter que les trois premières étapes de l’opération (District de Bamako, régions de Koulikoro et de Kayes) se sont déroulées sans incidents majeurs. Toutefois, la commission  déplore encore à Bamako l’existence de conflits fonciers autour des parcelles déjà recensées qui en son temps ne faisaient l’objet d’aucun litige.

Cette nouvelle situation dénote d’un manque de suivi des résultats des opérations effectuées par la commission.Pour le président de la commission, la suite dépendra de l’exploitation judicieuse des résultats du recensement par les services techniques du ministère du Logement, des Affaires foncières et de l’Urbanisme. «Les énormes moyens financiers et matériels consentis par le ministère de la Jeunesse et des Sports, les risques encourus par les membres de la commission pendant les opérations de recensement seront ainsi justifiés à juste titre», souligne le Colonel Djinèmoussa.

Moussa Bolly

C.C/MJS

 
 

 

Le Premier Ministre
Biographie
Discours
Agenda
Ecrire au Premier Ministre
Le Cabinet

 

Services
SGG
Cabinet Défense
Contrôl Général des Services Publics
Direction Nationale des Archives du Mali
Direction Administrative et Financière
Mission de Restructuration du Secteur Coton
Comité de Régulation de l'Energie et de l'Eau
Agence de Développement du Nord Mali
ENA
Le Gouvernement
Compostion du Gouvernement
Les Grands Dossiers
Agenda du Gouvernement
Annonces